Avis: Films d’horreur et thrillers de mars en streaming et VOD

‘Chanceux’

Brea Grant est à la fois la scénariste et la star de «Lucky» de la réalisatrice Natasha Kermani, un méta-film d’horreur qui critique les significations sous-jacentes des films slasher – et utilise intelligemment leur schtick. Grant et Kermani tiennent habilement le public en haleine du début à la fin, même si c’est simplement en retenant ce qui se passe réellement.

Grant joue May, un auteur autonome qui a du mal à suivre un livre populaire. Pour compliquer les choses: chaque jour, elle est traquée et agressée par le même maniaque masqué, qu’elle doit tuer pour ne pas être tuée. La plupart des personnes qu’elle raconte à propos de ce mystérieux supervillain en régénération sans fin semblent croire qu’elle dit la vérité. Mais peu d’entre eux agissent comme si le problème était urgent.

Il faut un certain temps à « Lucky » pour arriver aux choses effrayantes; et même alors, le film n’est pas exactement un clou-mordeur. Grant et Kermani traitent leur intrigue comme une abstraction vaguement esquissée, qui n’est pas essentielle aux points plus larges qu’ils veulent faire valoir. Quiconque assiste à tout ce film en attendant une explication détaillée du phénomène que vit May sera déçu.

Mais sans être trop sévères, Grant et Kermani établissent des liens provocateurs entre la façon dont les femmes sont traitées dans les images d’horreur classiques et la façon dont certaines sont traitées dans la vraie vie: en tant que victimes par nature, qui devraient se sentir «chanceuses» juste d’être vivant. Alors que les cinéastes se rapprochent de plus en plus de ces observations, leur film devient de plus en plus effrayant.

‘Chanceux’

Non classé

Temps d’exécution: 1 heure, 20 minutes

En jouant: Streaming sur Shudder

——————————

‘Le styliste’

Najarra Townsend dans le film "Le styliste."

Najarra Townsend dans le film «The Stylist».

(Flèche)

Il y a quelque chose de particulièrement excitant dans un film d’horreur réalisé par quelqu’un avec un point de vue distinctif qui aime le genre. C’est le cas de «The Stylist», un film de slasher étrange et émouvant de la réalisatrice et co-scénariste Jill Gevargizian, qui a clairement mis beaucoup d’elle-même dans son image. Cette histoire d’un coiffeur solitaire de Kansas City (quelque chose que Gevargizian sait) est effrayante de manière inattendue, piquant les nerfs les plus bruts du public.

Najarra Townsend joue la styliste, Claire, qui a du mal à interagir avec quiconque n’est pas assis dans sa chaise de coiffeur. Sa façon perverse d’établir des liens humains est de droguer et de cuir chevelu le client occasionnel – puis de porter ses cheveux comme une perruque. Mais quand une habituée, Olivia (Brea Grant), demande à Claire de l’aider à son mariage, les femmes forgent un lien provisoire qui confond Claire, qui ne sait pas si elle veut être la meilleure amie d’Olivia ou sa cause de décès.

À la hauteur de son titre, «The Stylist» est un régal pour les yeux, faisant un grand usage de la couleur, de l’éclairage et des modes féminines pour créer un monde où les surfaces attrayantes masquent quelque chose de laid. Le film est également merveilleusement bien joué par Townsend et Grant, deux vétérans du genre qui approfondissent les types de personnages complexes plus communs à un drame indépendant qu’à un gore-fest.

Les fans d’horreur peuvent se plaindre que « The Stylist » est plus lourd sur le dialogue que sur l’action. Mais Gevargizian s’assure que ces scènes de bavardage sont aussi atrocement tendues que les meurtres. La maladresse de Claire est souvent douloureuse à regarder, la rendant à la fois plus sympathique et plus effrayante. C’est un film qui suggère que trouver un nouvel ami à l’âge adulte peut être aussi difficile et émotionnellement déchirant que d’échapper à un tueur en série.

‘Le styliste’

Non classé

Temps d’exécution: 1 heure, 44 minutes

En jouant: Streaming sur Flèche

——————————

‘Fils’

Andi Matichak en femme hurlant au volant d'une voiture dans le film "Fils."

Andi Matichak dans le film «Son».

(Films RLJE)

Le scénariste-réalisateur Ivan Kavanagh se rend dans des endroits étranges et fascinants de «Son», un film d’horreur psychologique énormément aidé par sa féroce performance principale. Andi Matichak joue Laura, une mère célibataire qui est convaincue que son David (Luke David Blumm), âgé de 8 ans, est visé par une secte démoniaque. Laura a des antécédents de maladie mentale; et Matichak la joue comme quelqu’un qui est clairement en détresse, mais peut-être pas à cause d’un danger extérieur réel.

Emile Hirsch joue Paul, un détective qui forme un lien avec Laura et David, et essaie de les retrouver après avoir pris la route, laissant une traînée de carnage dans leur sillage. Laura est devenue une fugitive parce que David semble – du moins pour elle – avoir développé une sorte de trouble surnaturel qui ne peut être traité qu’avec du sang et de la chair humains, qu’elle fait tout son possible pour fournir.

Parce que Kavanagh laisse ouverte la question de savoir dans quelle mesure ce que vit Laura est «réel», «Son» est un peu bas sur les scènes conventionnelles de terreur viscérale. Mais Kavanagh et Matichak font un travail remarquable en capturant une version amplifiée de la paranoïa parentale quotidienne. C’est finalement un film sur une femme qui aime tellement son enfant qu’elle devient irrationnelle – et dangereuse.

‘Fils’

Non classé

Temps d’exécution: 1 heure, 38 minutes.

En jouant: Disponible en numérique et en VOD et en version générale là où les salles sont ouvertes *

——————————

‘Détraqueur’

Katie Groshong dans le film "Détraqueur."

Katie Groshong dans le film «Dementer».

(Images de l’étoile noire)

Le film d’horreur surnaturel à micro-budget de Chad Crawford Kinkle «Dementer» est troublant dès le début. Le générique d’ouverture griffonné à la main est réglé sur des éclats de bruit à couper le souffle, entrecoupés d’images discordantes d’une femme nue fuyant dans la nature. Le reste du film s’installe dans quelque chose qui ressemble plus à un docudrame tranche de vie, avec des éléments occultes occasionnels. Mais Kinkle finit par revenir à la dissonance lacérante.

«Dementer» met en vedette Katie Groshong dans le rôle de Katie, une vagabonde troublée qui obtient un emploi de soignante dans une maison pour adultes ayant des besoins spéciaux, où elle est immédiatement attirée par Stephanie (interprétée par Stephanie Kinkle, la sœur du cinéaste). Lorsque Stéphanie devient inexplicablement malade, Katie – qui a récemment échappé à une secte violente – craint la magie noire et commence à effectuer les rituels sanguins dont elle se souvient pour garder la perversité à distance.

Les parties sataniques du mojo de « Dementer » sont un peu tapageuses, surtout en comparaison avec les longues scènes de la vie quotidienne dans le foyer de groupe, que Kinkle tourne d’une manière rafraîchissante et réaliste. (Il ne rend jamais sensationnaliste les handicaps de son sujet, ni positivement ni négativement.)

Mais l’approche discrète porte ses fruits vers la fin, car le comportement de Katie devient plus erratique. La simplicité du style de Kinkle le rend d’autant plus choquant lorsque l’histoire devient de plus en plus sanglante, alors que les gentils et les banals sont brisés par les échos inquiétants des traumatismes passés.

‘Détraqueur’

Non classé

Temps d’exécution: 1 heure, 20 minutes

En jouant: Disponible en VOD

——————————

‘Les Canyonlands’

Stephanie Barkley hurle alors que Marques Bobesich s'approche par derrière dans le film "Les Canyonlands."

Marqus Bobesich et Stephanie Barkley dans le film «The Canyonlands».

(Médias numériques Freestyle)

Depuis l’aube des films B, les cinéastes ont souvent présumé que s’ils avaient accès à un bon emplacement, ils avaient remporté la moitié de la bataille. Mais à maintes reprises, ils ont appris qu’un scénario fort, des personnages bien dessinés et une distribution compétente comptent toujours.

Dans «The Canyonlands» du scénariste-réalisateur Brendan Devane, un groupe diversifié de jeunes gens remporte un concours qui comprend un prix en argent et une descente en rafting sur une rivière du sud-est de l’Utah. Lorsque leur guide Lauren (Stephanie Barkley) les fait s’arrêter pour camper dans un canyon, les enfants sont traqués par un monstre brandissant une hache, qui peut être un esprit vengeur.

C’est une jolie prémisse de slasher par cœur, l’Utah mis de côté. Et Devane ne se rend pas service en faisant de ses victimes potentielles de meurtre – un nerd technicien, un influenceur des médias sociaux, un jock rustre, une tête de pot et une lesbienne épineuse – si caricaturaux.

Mais la chose la plus frustrante à propos de ce film est que plus de la moitié se déroule dans l’obscurité de la nuit. Pourquoi appeler un film «The Canyonlands», puis à peine le montrer?

‘Les Canyonlands’

Non classé

Temps d’exécution: 1 heure, 39 minutes

En jouant: En version limitée où les salles sont ouvertes *; disponible le 9 mars en numérique et en VOD

——————————

«  Le diable ci-dessous  »

Adan Canto, Chinaza Uche, Zach Avery et Alicia Sanz scrutent une mine dans le film "Le diable ci-dessous."

Adan Canto, à partir de la gauche, Chinaza Uche, Zach Avery et Alicia Sanz dans le film «Le diable ci-dessous».

(Divertissement vertical)

Dans «Le diable ci-dessous» du réalisateur Brad Parker (écrit par Eric Scherbarth et Stefan Jaworski), une équipe de scientifiques se rend dans la ville minière abandonnée des Appalaches de Shookum Hills pour enquêter sur une légende locale. La région abrite une fosse ardente et gazeuse, que certains croient être la bouche littérale de l’enfer.

Parker et sa compagnie ne se précipitent pas dans des abîmes enflammés. Au lieu de cela, le film prend son temps pour présenter à la fois les explorateurs et leur guide réticente Arianne (Alicia Sanz) – ainsi que toutes leurs personnalités et leurs programmes contradictoires.

Normalement, ce serait une bonne narration, mettant en place soigneusement les personnages – s’ils n’étaient pas tous aussi raides et si largement dessinés. Les héros ont tous été réduits à un ou deux traits identifiables: l’un est un théoricien du complot, un chasseur de bonne aventure, un religieux, etc.

La meilleure chose que «The Devil Below» a pour lui est son emplacement austère et éloigné, qui évoque le sentiment d’un monde en lui-même, caché dans l’Amérique rurale. Mais ce qui se passe devant cette toile de fond saisissante est trop familier – et pas assez infernal.

«  Le diable ci-dessous  »

Non classé

Temps d’exécution: 1 heure, 31 minutes

En jouant: Disponible en numérique et en VOD; et en version limitée où les salles sont ouvertes *

*Le Times s’est engagé à revoir les sorties de films en salles au cours de la Pandémie de covid-19. Étant donné que le cinéma comporte des risques pendant cette période, nous rappelons aux lecteurs de suivre les consignes de santé et de sécurité comme esquissé par les Centers for Disease Control and Prevention et responsables locaux de la santé.

Nous serions ravis de connaître votre avis

Laisser un commentaire

MeilleursBlogs 🥇 Guide, Avis & Comparatif des Meilleurs Sites et Boutiques en ligne
Logo