Chaque film, classé (même la nouvelle suite de Jamie Lee Curtis)

Films Halloween 2020 : Chaque film, classé (même la nouvelle suite de Jamie Lee Curtis)

Brian Truitt

| USA AUJOURD’HUI
jouer

Pourquoi certains cerveaux aiment les films d’horreur

On s’attend à ce que «Halloween» fasse un massacre au box-office, et il y a une bonne raison à cela. Nous expliquons la science derrière les films d’horreur.

La citrouille. Le type quasiment impossible à tuer dans le masque de William Shatner. Le grand couteau de cuisine. La mélodie effrayante. Toutes ces choses emblématiques signifient que «Halloween» est de retour et en grande partie.

Ce vieux personnage marchant et traquant du mal pur, Michael Myers, revient dans le nouveau film du réalisateur David Gordon Green (dans les salles vendredi), une suite qui reprend le récit 40 ans après le film original de John Carpenter de 1978. Michael échappe à la garde à vue et arrive à Haddonfield, dans l’Illinois, pour une autre confrontation avec Laurie Strode (Jamie Lee Curtis), l’ancienne baby-sitter qui est maintenant une grand-mère guerrière lourdement armée.

Mais attendez, vous pensez: n’y a-t-il pas eu un tas de suites au cours de ces quatre décennies? Oui, et heureusement, le nouveau film supprime tout, de la mythologie plus étrange (un homme en noir, vraiment?) À l’arbre généalogique étendu de Michael (qu’il veut pratiquement effacer). Heck, un film « Halloween » n’a même pas Michael!

Non pas que tout était mauvais. En l’honneur du dernier opus, nous classons l’ensemble de la franchise « Halloween », bien qu’il soit sûr de dire qu’il n’y a qu’un seul vrai classique dans le peloton.

11. «Halloween 5: La revanche de Michael Myers» (1989)

Pauvre Donald Pleasence. En tant que psy principal de Michael, le Dr Sam Loomis a traversé beaucoup de choses au cours de sa course «Halloween», mais c’était le point bas où Michael s’est échappé d’un puits de mine pour aller après sa nièce Jamie (Danielle Harris). La pire partie? Un mystérieux homme en noir – chapeau, éperons et tout – qui arrive inexplicablement à la toute fin pour faire sortir Michael de prison.

10. «Halloween: Résurrection» (2002)

Vous ne tuez pas le trésor national Jamie Lee Curtis dans un film. Vous ne le faites pas. Mais c’est là que Laurie – dans un moment de faiblesse – est poignardée par Michael et jetée à sa perte du toit d’un asile psychiatrique. Quinze minutes après le début du film, rien de moins!

9. «H2: Halloween II» (2009)

La seconde moitié de l’ambitieux redémarrage en deux parties de Rob Zombie a trébuché avec une surcharge gore et Michael Myers (Tyler Mane) ressemblant plus à un lutteur professionnel gimmicky qu’à « The Shape » of evil. Un point positif: l’apparition de Deborah Myers (Sheri Moon Zombie) en tant que maman fantôme (avec un cheval blanc!) Qui apparaît à la fois à Michael et Laurie, alias Angel Myers (Scout Taylor-Compton).

8. «Halloween III: Saison de la sorcière» (1982)

Ce petit hoquet très étrange dans la série est le résultat d’un bref flirt avec « Halloween » comme une anthologie d’horreur au lieu d’un slasher fest. Donc, Michael a été mis à l’écart et dans son endroit vilain se trouve une entreprise de nouveauté qui prévoit d’utiliser un rocher mystique de Stonehenge pour armer les masques d’Halloween des enfants et massacrer des millions de personnes. Au moins, les méchants avaient un jingle effrayant et accrocheur.

7. «Halloween: la malédiction de Michael Myers» (1995)

Celui-ci est l’entrée du plaisir coupable. C’est l’un des derniers rôles de Donald Pleasence: il est mort sept mois avant sa sortie. C’est le deuxième rôle de Paul Rudd dans le film, dans le rôle du fou Tommy Doyle (l’un des enfants sauvés par Laurie dans le film de 1978). Il y a un léger angle «Footloose», avec une interdiction de Haddonfield pour Halloween. Et pour rendre la franchise vraiment dingue, elle introduit la «malédiction d’épine» et un culte pour expliquer le penchant anti-familial sanglant de Michael.

6. «Halloween» (2007)

Il a fallu une grande chutzpah pour dire: « Refaisons John Carpenter! » Mais la prise moderne brutale de Rob Zombie a ajouté une histoire cool sur les tendances meurtrières du petit Michael et une histoire supplémentaire avant un point culminant heureux. (Aussi: Malcolm McDowell est un formidable Dr Loomis. Vaut le détour pour lui seul.)

5. «Halloween: H2O» (1998)

En plus de son nouveau retour pour le 40e anniversaire, Laurie Strode de Jamie Lee Curtis est également revenue pour célébrer le 20e. Après avoir simulé sa mort pour éviter Michael, son vieil ennemi trouve Laurie travaillant dans une école privée et ils ont une confrontation dans laquelle elle coupe la tête de Myers. (Fait amusant: ce n’était absolument pas lui.)

4. «Halloween II» (1981)

Jamie Lee Curtis est en fait sous-utilisé dans la première suite, qui reprend là où l’original s’était arrêté avec la nuit d’enfer de Laurie. Le Dr Loomis est préoccupé par les flics à la recherche de Myers et les résidents de Haddonfield commencent à paniquer lorsqu’ils se rendent compte qu’un tueur est en liberté, tandis que Michael est occupé à suivre Laurie jusqu’à un hôpital local (ce qui sera un événement fréquent pour « Halloween » à l’avenir) . Oh, ouais, et Laurie est apparemment la soeur de Michael. Surprise!

3. «Halloween 4: Le retour de Michael Myers» (1988)

L’angle de la lignée entière devient bancal dans ces films, mais le quatrième épisode fait du bien en donnant à Michael une nièce dans le jeune Jamie Lloyd (Danielle Harris.) Naturellement, elle est la cible du dernier déchaînement du méchant, mais il y a un peu de Michael – et pas seulement de l’ADN – dans Jamie qui donne à la série une bouffée de fraîcheur, ainsi qu’une fin choc.

2. «Halloween» (2018)

Le nouveau suivi est un retour pas très effrayant mais souvent drôle aux slashers plus simples d’antan tout en étant un regard moderne sur la tragédie et le traumatisme. Comme 40 ans auparavant, Haddonfield n’est absolument pas prêt pour Michael, bien que Laurie le soit, et Jamie Lee Curtis est la meilleure chose à ce sujet en tant que femme d’âge moyen qui ne le prend plus.

1. «Halloween» (1978)

De loin le meilleur, sans aucun doute. Lorsque John Carpenter a ouvert le film du point de vue de Michael, 6 ans, poignardant sa sœur à mort, puis l’a rattrapé 15 ans plus tard en suivant effrayant Laurie (et en déchaînant un enfer impie en banlieue), cela a fait passer le facteur de peur. porte d’entrée d’un public pour la première fois: comment échapper à un maniaque imparable dans votre maison? Et c’est tout aussi intemporel maintenant qu’il y a quatre décennies.

Nous serions ravis de connaître votre avis

Laisser un commentaire

MeilleursBlogs - Test, Avis & Comparatif des Meilleurs Sites et Boutiques en ligne
Logo